de
Mardi, 05.03.2024 — 19:00
Institut Pierre Werner 28 rue Münster L-2160 Luxembourg
Lecture et entretien
Terézia Mora : Muna oder die Hälfte des Lebens
Modération: Samuel Hamen
Inscription souhaitée : info@ipw.lu
Par téléphone : +352 49 04 43-1

Nominé pour le Prix du livre allemand 2023

"Je sais ce que tu veux", dit-il. "Tu ne l'auras pas". - Le nouveau grand roman de la lauréate du prix Georg-Büchner et du prix du livre allemand.

Muna aime Magnus. Il est difficile de dire si Magnus aime et qui il aime. Qu'arrive-t-il à une vie que l'on mène en étant dépendant d'un autre ? Muna est sur le point de passer son bac lorsqu'elle rencontre Magnus, professeur de français et photographe. Elle passe une nuit avec lui. Il disparaît avec la chute du mur. Ce n'est que sept ans plus tard que les deux se rencontrent à nouveau et forment un couple. Muna pense avoir trouvé son chez-soi dans sa relation avec Magnus. Mais des fissures apparaissent dans leur relation dès leur premier voyage ensemble. Au fil des années, la froideur, l'imprévisibilité et la violence ne font qu'augmenter. Pourtant Muna n'est pas prête à abandonner.

Terézia Mora, née le 5 février 1971 à Sopron (Hongrie), est une écrivaine hongroise, scénariste et traductrice d'œuvres de langue hongroise en langue allemande. Elle a quitté la Hongrie et émigré à Berlin en Allemagne peu de temps après la chute du Rideau de fer. Terézia Mora a reçu le Prix Ingeborg Bachmann en 1999, le Prix-Franz-Nabl en 2007, le Prix Adalbert-von-Chamisso en 2010, le Prix du livre allemand en 2013 et le Prix Georg-Büchner en 2018. Elle est élue membre de l'Académie des arts de Berlin en 2008.

Samuel Hamen vit et travaille comme auteur indépendant et critique littéraire (entre autres pour Deutschlandfunk, Zeit Online) à Heidelberg et Diekirch. Il a été récompensé à plusieurs reprises pour son œuvre littéraire, notamment par le Prix du livre luxembourgeois et une bourse de la Fondation Roger Willemsen. Son dernier roman Wie die Fliegen est paru chez diaphanes, Zurich.

Commentaires de presse
"Celui qui lit ne peut plus se détacher de ce roman, ne peut plus se détacher d'elle : Muna, la narratrice".
Natascha Freundel / rbb Kultur (05 septembre 2023)
«Je trouve que c'est un livre vraiment brillant. C'est l'un des meilleurs qu'elle ait écrits».
Daniela Strigl / Club littéraire SRF 1
"Comme un cristal poli à plusieurs reprises, qui réfracte la lumière différemment selon l'angle d'incidence, le roman de Mora n'offre pas de perspectives, mais seulement des reflets chatoyants et mouvants, comme des réfractions imprévisibles".
Ijoma Mangold / Die Zeit
Organisation : Institut Pierre Werner
Soutien : neimënster