de
Lundi, 06.05.2024 — 19:00
neimënster, 28 rue münster, Luxembourg-Grund
Lecture et entretien
Barbara Yelin: Emmie Arbel. Die Farbe der Erinnerung
Modération: Stefan Börnchen (Université du Luxembourg)
Inscription par mail : info@ipw.lu
par téléphone : +352 49 04 43-1

Barbara Yelin est l'une des artistes de bande dessinée allemand.e.s les plus connues. Avec sa technique d'aquarelle sensible et des textes concis, elle parvient à raconter des histoires de vie de manière si impressionnante qu'elles résonnent longtemps. Son livre actuel est né d'entretiens et de rencontres intensifs avec Emmie Arbel.


Née en 1937 à La Haye, Emmie Arbel, d’origine juive, est déportée avec sa famille par les nazis en 1942. Enfant, elle survit aux camps de concentration de Ravensbrück et de Bergen-Belsen. À la fin de la guerre, elle a huit ans. Ses parents et ses grands-parents ont été assassinés pendant l'Holocauste. Avec ses frères, Emmie est adoptée par une famille d'accueil et vit aux Pays-Bas. Mais le sauvetage s'y révèle en même temps un nouveau calvaire pour l'enfant traumatisée. En 1949, la famille émigre en Israël. Dans le kibboutz, Emmie se sent isolée et ne trouve pas sa place. Jusqu'à ce que, devenue adulte, elle prenne sa vie en main.

Emmie Arbel vit aujourd'hui près de Haïfa. Sur la base de rencontres personnelles et de nombreux entretiens intenses avec Emmie Arbel, Barbara Yelin crée une littérature du souvenir pénétrante qui est aussi une réflexion sur la mémoire  elle-même.

Commentaires de presse
Le trait d'une sensibilité inimitable de Barbara Yelin confère à Emmie une magie. Je ne sais pas comment elle parvient, dans un style de bande dessinée nécessairement réduit
- le livre compte plus de neuf cents images - à dépeindre avec autant de nuances une vie mentale aussi compliquée.
Petra Morsbach, FAZ
Barbara Yelin réussit quelque chose d'extraordinaire : conserver une certaine légèreté qui rend tangible et accessible un sujet qui est aujourd'hui plus actuel que jamais.
Karin Krichmayr, Der Standard
Un livre qui raconte les réminiscences présentes du passé dans des panneaux aussi précis sur le plan photographique que fugitivement encrés à la manière d'un rêve ou d'un cauchemar.
DIE ZEIT
L'illustratrice Barbara Yelin a réussi un coup de maître.
Rieke Harmsen, Sonntagsblatt
Organisation : Institut Pierre Werner, Université du Luxembourg
Soutien : neimënster